Pour Lotte Kopecky (22), 2017 était une saison pleine des hauts et des bas. Cet été, elle était absente pendant quelques semaines et elle a dû déclarer forfait pour le championnat du monde sur route fin septembre à cause d’une blessure au tendon. En cours d’année, Lotte a obtenu quelques résultats remarquables. Au début de cette année, elle a gagné une Coupe du Monde de cyclisme sur piste pour la première fois dans sa carrière : à Cali, elle a décroché la victoire finale dans l’omnium. Avec Jolien D’hoore, Lotte a été couronnée première championne du monde du Madison moins de deux semaines après sa cinquième place au Tour des Flandres. Ce mois, Lotte et Jolien ont remporté le Madison au Coupe du Monde en Pologne et individuellement, Kopecky y a gagné la course aux points.

La semaine passée, Lotte a mis sa bicyclette de côté après avoir participé aux Lotto Six Jours de Gand. Le moment pour revenir sur la dernière saison et également regarder vers les objectifs futurs.

Lotte Kopecky: “J’ai des sentiments mitigés après cette saison. Mon printemps était un vrai succès avec une cinquième place au Tour des Flandres et le titre de Championne du Monde Madison avec Jolien D’Hoore. C’était frustrant d’à nouveau terminer deuxième au Championnat de Belgique, pour la quatrième fois consécutive, mais j’ai rapidement pu relativiser. Il n’y a pas de honte à perdre contre Jolien D’Hoore. Ensuite, la malchance s’est manifestée sous forme d’une maladie et de blessures. C’est frustrant d’être blessée et ça entraîne aussi une dose d’anxiété. En août, j’j’avais repris la compétition et en septembre, j’ai obtenu un bon résultat lors du Lotto Belgium Tour. Mais plus tard, ma blessure au tendon m’a à nouveau perturbée et j’ai dû déclarer forfait pour le Championnat du Monde. Telle chose est un coup dur parce qu’après on doit repartir de zéro. Récemment, j’ai obtenu quelques beaux résultats sur la piste, je suis donc sur la bonne voie. Pour le moment, je vais chez le kinésithérapeute. Je fais des exercices de stabilisation et je travaille sur la prévention des blessures. »

« Le titre de Championne du Monde comme point culminant »

“Le titre de Championne du Monde est mon point culminant de l’année. C’était un rêve devenu réalité. C’est pour ces moments-là que je suis devenue une athlète professionnelle. Avant le Championnat du Monde, Jolien et moi n’avions roulé que deux Madison que nous avions gagnés tous les deux. Nous formons un bon couple pour le Madison : Jolien est très rapide et moi, je dispose d’un gros moteur. Nous avons certainement encore du potentiel de croissance, ce qui est prometteur pour Tokyo 2020. Nous sommes vraiment très heureuses que cette discipline a été ajoutée au programme olympique ; c’est un objectif sur lequel nous voulons nous concentrer ensemble. Cette année, le niveau du Madison s’est déjà élevé et à mesure que les Jeux Olympiques s’approchent, le niveau va encore augmenter. Beaucoup de pistiers voudront saisir cette chance de gagner une médaille. De cette façon, nous pouvons nous élever à un niveau supérieur.

“Ma cinquième place au Tour des Flandres était complètement inattendue.  Bien sûr, je veux vraiment gagner le Tour et ce résultat m’a donné confiance. L’année prochaine, je prendrai le départ d’une toute autre manière. Cette année, je pouvais participer sans beaucoup de pression, je n’avais rien à perdre. Je devrai apprendre à gérer la pression du Tour. Je vais essayer de la surmonter autant que possible et j’espère prendre le départ avec la même condition que la dernière édition. Egaler la cinquième place l’année prochaine, serait un très beau résultat, je veux continuer dans cette voie pas à pas. «

“Pour l’année prochaine, nous avons quelques beaux renforts au sein de l’équipe. Demi de Jong est certainement un atout. Avec Valerie Demey et Kelly Van den Steen nous avons aussi deux nouvelles coureuses belges qui peuvent jouer un rôle significatif pour nous lors des épreuves printanières. J’espère que l’année prochaine, nous pourrons rouler quelques belles finales avec l’équipe. »

“Après une semaine de repos, j’entame la préparation pour le Championnat du Monde sur piste à Apeldoorn (28/02 – 04/03). En décembre et janvier, je fais un stage avec la fédération belge et en février, quelques jours avec l’équipe. Préalablement au Championnat du Monde, je vais encore participer aux quelques épreuves sur piste : fin décembre le championnat de Belgique (23/12 – 30/12), en janvier les Six Jours de Rotterdam (04-01 – 09/01) et fin janvier, le meeting international à Gand (27/01 et 28/01). »