WorldTour Partner

Benoot et Wellens dans le top dix des Strade Bianche

09/03/2019

Au terme d’une très belle performance, les leaders de Lotto Soudal Tiesj Benoot et Tim Wellens ont terminé respectivement à la cinquième et à la dixième place des Strade Bianche. La victoire est revenue au Français Julian Alaphilippe, qui est parvenu à se défaire du Danois Fuglsang et du Belge Wout Van Aert dans la redoutable montée finale à Sienne. 

C’est sous le soleil de la Toscane que le peloton s’est élancé à vive allure à l’assaut des premières routes empierrées. L’échappée matinale a mis un peu de temps à se former mais quatre hommes ont finalement reçu un bon de sortie. Comme annoncé avant la course, c’est sur le Monte Sante Marie, huitième secteur empierré de la journée, que la cassure s’est créée. Un groupe avec les principaux leaders, dont les fers de lance de Lotto Soudal Tiesj Benoot et Tim Wellens, s’est alors constitué. Quand Alaphilippe, Fuglsang et Van Aert ont mis le feu aux poudres sur le Monteaperti, neuvième secteur du jour, Tiesj Benoot et Tim Wellens ont dû les laisser filer. Le trio de tête a ensuite perdu un membre lorsque Wout Van Aert a été lâché sur les routes vallonnées de Toscane.  Cependant, le jeu tactique entre Alaphilippe et Fuglsang a permis au Belge de rejoindre la tête de la course juste avant d’arriver à Sienne. Dans une ultime accélération, Alaphilippe a filé vers la victoire, tandis que Fuglsang et Van Aert ont dû se contenter de la deuxième et de la troisième place du podium. Tiesj Benoot semblait bien parti pour s’emparer de la quatrième place, mais Zdeněk Štybar lui a finalement grillé la politesse dans les derniers mètres de l’épreuve. Tim Wellens s’est lui classé dixième quelques secondes plus tard.

Tim Wellens: «  On a essayé quelques fois de dynamiter la course, mais j’ai finalement fait moi-même le forcing pour former le groupe des favoris. C’était une toute bonne situation pour nous. Quand Fuglsang a accéléré, j’étais un peu trop à l’arrière du groupe et je n’avais plus le punch nécessaire pour réagir. Quand les coureurs de tête possèdent des équipiers, en l’occurrence Lampaert, Štybar et Lutsenko, dans le groupe des poursuivants, cela devient presque impossible d’organiser la chasse. On a donc perdu de plus en plus de temps. Les trois coureurs de tête semblaient bien être les plus forts aujourd’hui, et j’ai donc dû me contenter d’une place d’honneur. » 

Tiesj Benoot: « La course était très rapide et très dangereuse aujourd’hui. Après une chute comme celle de la semaine dernière, il est normal d’avoir quelques doutes. Mais quand tu termines à la cinquième place, ces doutes s’envolent et laissent entrevoir le meilleur pour les semaines qui viennent. Une victoire comme celle de l’an dernier n’est jamais simple à aller chercher. Je faisais certainement partie des meilleurs coureurs du groupe des poursuivants. Quand tu te bats contre Štybar, Van Avermaet et Lutsenko pour la quatrième place, tu n’es certainement pas à plaindre. Mais c’est vrai que terminer aussi proche du podium quand tu visais la victoire est assez décevant. Quand le peloton s’est scindé, j’ai choisi la roue de Lutsenko, qui roulait alors en tête du groupe, parce qu’il avait l’air vraiment fort. Au moment de l’attaque décisive, je n’ai pas pu réagir. J’ai encore tenté des choses dans le final, mais ce n’était pas simple de sortir car les coéquipiers des leaders jouaient bien leur rôle. On espère toujours décrocher un meilleur résultat, mais je pense pouvoir être satisfait de ma cinquième place. »

Tosh Van der Sande a lui été contraint à l’abandon suite à une chute. Le Belge souffre de quelques éraflures mais il devrait, selon toute vraisemblance, prendre le départ de Tirreno-Adriatico.

On espère toujours décrocher un meilleur résultat, mais je pense pouvoir être satisfait de ma cinquième place.

Partenaires

X