WorldTour Partner

Caleb Ewan remporte la Down Under Classic

13/01/2019

Caleb Ewan s’est imposé à la Down Under Classic, un criterium dans les rues d’Adélaïde qui précède traditionnellement le Tour Down Under. Dans un final marqué par plusieurs chutes, Roger Kluge a livré un lead-out impeccable et Caleb s’est finalement montré plus rapide que Peter Sagan et Alexander Edmondson. Déjà victorieux en 2016 et 2017, il s’agit de la troisième victoire de Ewan à la Down Under Classic.

Durant la première partie de la course, Thomas De Gendt a beaucoup travaillé en tête du peloton pour garder les échappés sous contrôle. D’autres coureurs ont ensuite tenté leur chance mais le tempo élevé du peloton a finalement eu raison de leurs efforts. Dans le final, les équipes des sprinteurs ont pris les choses en main afin d’emmener la course vers un sprint massif. Ce dernier a été perturbé par une chute à l’entrée du dernier tour, mais Roger Kluge a maintenu Caleb Ewan hors de danger et l’a ensuite idéalement placé dans la dernière ligne droite. Ewan a lancé son sprint à 200 mères de ligne et n’a jamais été inquiété, malgré la pression mise par Peter Sagan, finalement deuxième sur la ligne. 

Caleb Ewan: « Pendant la première partie de la course, je n’ai pas voulu être au coeur de l’action et j’ai préféré me cacher dans le peloton. Dans les vingt dernières minutes, notre équipe s’est reformée et nous sommes allés nous positionner en tête de peloton. Hagen et De Gendt ont pris le contrôle de l’échappée à leur compte et les quatre autres coureurs de Lotto Soudal m’ont bien gardé à l’avant. La chute est survenue derrière moi et je ne l’ai donc pas vue, même si j’ai bien entendu que quelque chose était arrivé. Roger Kluge est parvenu à combler un petit écart dans les derniers hectomètres et j’ai ensuite lancé mon sprint. Je savais que Peter Sagan était dans ma roue mais je n’ai jamais eu l’impression qu’il allait pouvoir me dépasser. »

« Ce n’est pas encore une victoire officielle aux yeux de l’UCI, mais ça fait quand même plaisir de lever les bras pour notre première course avec l’équipe complète. C’est bon pour la confiance et ça récompense tout le travail de l’équipe. C’est dommage que certains sprinteurs n’aient pas pu se mêler à la bagarre car j’aurais bien voulu les affronter, mais nous nous retrouverons sans aucun doute au Tour Down Under. Dès mardi, nous devrons de nouveau faire en sorte que la course se termine au sprint. »

Je savais que Peter Sagan était dans ma roue mais je n’ai jamais eu l’impression qu’il allait pouvoir me dépasser.

Partenaires

X