Captains Of Cycling

Compte rendu des premières courses cyclistes

11/02/2019

C’est pour très bientôt : la bataille des classiques printanières va débuter. Mais avant de se montrer sous leur meilleur jour sur le sol belge, nos coureurs se sont rendus dans l’hémisphère sud pour participer au Tour Down Under (Australie) et au Tour de San Juan (Argentine). Le Challenge de Majorque a également débuté jeudi dernier, le 31 janvier. Cette course de quatre jours se compose de quatre épreuves distinctes appelées « trophées ». Découvrez ici les résultats enregistrés par nos coureurs à ces premiers tours.

 

Tour Down Under

Le signal de départ de cette toute nouvelle saison cycliste a été donné mi-janvier, avec le « Down Under », la première course cycliste du WorldTour. Cette course marquait, pour certains coureurs, leurs débuts sous le tout nouveau maillot Lotto Souda. C’est le cas d’Adam Blythe, Carl Fredrik Hagen, Roger Kluge et Caleb Ewan, lequel était très impatient de représenter notre équipe sur ses terres d’origine. Et le sprinter australien a une nouvelle fois fait parler la poudre : le jeune coureur de 24 ans a en effet remporté la Down Under Classic, le critérium qui précède ce Tour. Caleb Ewan a démontré qu’il n’avait pas volé son surnom de Pocket Rocket, qui fait référence à sa petite stature et à la puissance de ses sprints. L’autre sprinter de rang mondial, Peter Sagan, a manqué de ressources et a dû s’incliner devant le coureur Lotto Soudal. Ewan avait également misé sur les étapes du Tour Down Under mais n’a malheureusement pas pu atteindre son objectif. Il a pourtant franchi la ligne d’arrivée de la cinquième étape en vainqueur mais n’a pas pu inscrire cette victoire à son palmarès en raison d’un sprint irrégulier.

 

Tour de San Juan

Jelle Wallays a lourdement chuté suite à une chute collective juste devant lui lors de la deuxième étape du Tour de San Juan. Le coureur ouest-flandrien a subi un traumatisme facial. Il s’est fendu la lèvre supérieure et fracturé la mâchoire supérieure. Il a par ailleurs perdu une dent et s’en est cassé une autre. Mais ce n’est pas tout : souffrant aussi d’une commotion cérébrale, il a été gardé en observation dans un hôpital argentin. Les autres coureurs Lotto Soudal ont été très marqués par la chute de leur coéquipier « Wally ». Heureusement, cet éternel optimiste a pleinement confiance en son rétablissement. « Nous tombons tous un jour ou l’autre. On finit par guérir », a déclaré Jelle une fois remis de sa chute et après avoir réalisé ce qui s’était passé. Il est entre-temps rentré chez lui où il récupère, toutefois contraint à un régime liquide pendant trois semaines. Jelle Wallays n’est pas le seul de nos coureurs à avoir été victime d’une chute collective. Tiesj Benoot est lui aussi tombé mais s’en est heureusement sorti avec quelques égratignures.         

Le Tour de San Juan aura donc été une course dangereuse mais Jens Keukeleire a malgré tout réussi à s’adjuger une quatrième place au cours de la deuxième étape.

 

Challenge de Majorque

Les premières courses européennes de la saison se sont déroulées du jeudi 31 janvier au dimanche 3 février sur l’île espagnole de Majorque. Le Challenge de Majorque se composait de quatre épreuves individuelles, baptisées « trophées ». Avec des coureurs tels qu’Armée, Lambrecht, Monfort, Vanhoucke et Wellens, nous disposions de bons grimpeurs dans notre sélection.

 

Herman Frison, le directeur sportif, nous explique : « C’était la première course de la saison pour la plupart des coureurs. Il y a toujours un peu de nervosité à cette période de l’année car tout cherche à savoir où en est sa condition. Les épreuves de Majorque constituaient un moyen idéal de parcourir les premiers kilomètres de course. Notre objectif était de repartir de Majorque avec au minimum une victoire. Tim Wellens a déjà inscrit plusieurs de ces trophées à son palmarès et il était donc tout naturellement le fer de lance de l’équipe. De plus, Tim est un coureur qui est généralement en très bonne condition dès le début de la saison ». Et il l’a une nouvelle fois démontré en terminant dans le top 5 du premier trophée.

« Le premier trophée réservait déjà aux coureurs une arrivée en pente. Il ne faut surtout pas sous-estimer la côte de San Salvador (5 km à 6,2 %). Ceci dit, c’est lors du deuxième trophée que les choses sérieuses ont véritablement commencé. Les coureurs ont en effet dû se farcir la longue et difficile montée du Puig Major à quelque 35 km de l’arrivée. La troisième épreuve – le trophée Serra de Tramuntana – se terminait à Deia, là où Wellens s’était déjà imposé à deux reprises. Le dernier trophée était taillé sur mesure pour les sprinteurs. Mais à une trentaine de kilomètres de l’arrivée, les coureurs devaient encore franchir une côte de troisième catégorie. »

X